Témoignages

TÉMOIGNAGES

Portrait de Léa ATTAN – Tutrice ENEDIS sur un BTS ATI – Assistance Technique d’Ingénieur

Être tutrice me permet de contribuer à mon tour à former la nouvelle génération


J’ai réalisé une partie de mon parcours en alternance. Il était donc normal pour moi de demander à devenir tutrice le jour où j’ai rempli les conditions nécessaires (avoir plus de 3 ans d’ancienneté, avoir suivi la formation tuteur et avoir les savoirs techniques en lien avec le diplôme). J’avais envie de partager mes connaissances et mon vécu. En tant que manager de proximité, je suis également sensible aux avantages pour l’entreprise. Au-delà de l’obligation légale, accueillir un alternant c’est se donner le temps d’approfondir une relation et de fidéliser les jeunes pour les recruter une fois leur diplôme validé.

J’ai l’impression que mon expérience personnelle m’aide à cibler les attentes des alternants. C’est un rôle qui demande beaucoup d’organisation et d’accompagnement. Etre passée par là m’aide à rester motivée car je sais que c’est important pour les alternants. C’est un engagement fort : être tuteur c’est être exemplaire.

Quel que soit le profil de la personne que j’encadre, il est important pour moi de l’aider le plus efficacement possible. J’ai encadré des jeunes sortant du lycée et des personnes en reconversion et il n’y a pas de profil meilleur qu’un autre. Chaque alternant est différent et je m’adapte. Aider le jeune à maîtriser son poste au travail n’est pas le seul volet dévolu au tuteur. Les alternants sont également là pour obtenir un diplôme et je surveille donc leur parcours académique. Je peux consulter leurs notes sur la plateforme du CFA et des journées de regroupement sont organisées trois fois par an pour échanger avec l’équipe pédagogique. Il est important pour moi d’avoir des interlocuteurs disponibles et réactifs et c’est le cas du professeur principal dans l’établissement partenaire. Nous travaillons de la même manière et je sais que je peux compter sur lui si j’en ai besoin.

Être tuteur est vraiment une expérience à faire !

Portrait de Tristan ETIE – Alternant en BAC PRO puis BTS ELEEC au sein du Groupe EDF

L’alternance me permet de financer ma reconversion et de trouver ma voie


Au début de ma vie professionnelle, j’ai tenté de vivre de ma passion. Ce fût un échec et je me suis inscrit dans une agence d’intérim le temps de trouver ma voie. J’ai entendu parler du CFA MDE grâce à ma famille et le CFA des Métiers de l’Energie est devenu le partenaire de ma reconversion professionnelle. Je me suis renseigné dans un premier temps sur internet puis, je suis allé à la rencontre des entreprises au Salon de la Porte de la Villette. C’est important de rencontre les entreprises à plusieurs reprises et en personne pour faciliter votre embauche. Vos interlocuteurs  constatent que vous êtes motivé et vous apprenez en retour des informations complémentaires qui vous aident à sélectionner votre employeur.

L’équipe du CFA MDE a toujours été très à l’écoute. Gaelle et Peggy ont toujours été disponibles pour prodiguer des conseils ou intercéder auprès de l’équipe pédagogique par exemple. C’est rassurant de savoir qu’elles sont là. Le CFA MDE met en place plusieurs dispositifs pour faciliter notre alternance. Sur le plan matériel, il y a l’accompagnement pour le logement. Sur le plan pédagogique, il y a une aide pour des cours de soutien et l’organisation d’un voyage de classe à l’étranger. Cette semaine de voyage a été l’occasion d’améliorer notre anglais et de nous ouvrir sur une autre culture. Mais c’est surtout un moment fraternel qui permet de faire connaissance avec les autres promotions du CFA et de renforcer les liens entre nous. C’était très agréable de terminer par un moment ludique et pédagogique comme celui-ci.

Chaque trimestre, le CFA MDE organise avec l’établissement de formation (UFA), les tuteurs et les élèves une journée de regroupement. C’est l’occasion pour nous de présenter notre évolution professionnelle devant tout le monde. Lorsque notre tuteur est un acteur de terrain qui nous suit au quotidien cela permet des échanges encore plus riches.

Le Groupe EDF est très exigeant sur la qualité et le niveau de ses alternants. Etre au CFA MDE c’est la certitude d’être dans une classe à l’ambiance studieuse. Etre tous membres du même Groupe, nous permet aussi d’échanger des informations pratiques sur le fonctionnement administratif de l’entreprise comme le Comité d’Entreprise (CE). En tant que membre d’une même entreprise nous pouvons aussi échanger sur les normes, sa culture etc. Tous ces points de convergence améliorent notre solidarité !  Cette classe est aussi l’occasion de constituer un réseau professionnel car certains de ces alternants sont amenés à devenir des collègues par la suite.

J’ai commencé par un BAC MELEC en alternance chez DALKIA et je continue en cette rentrée 2020 par un BTS ELEEC chez ENEDIS, deux filiales du Groupe EDF. J’aime les métiers manuels et le Groupe offre des opportunités pour les salariés investis. A l’issu de ce deuxième diplôme, je souhaite poursuivre mon parcours toujours en alternance chez EDF mais c’est un projet pour 2022. L’alternance rompt la monotonie des cours à l’école et me permet de rester motivé. C’est aussi un mode d’étude qui permet d’être autonome financièrement. Sans cela je n’aurais pas pu entreprendre ma réorientation. L’alternance rend possible les parcours atypiques comme le mien.

L’alternance c’est un vrai travail. Je ressens les attentes de mon équipe et j’ai une pression positive qui me donne envie de me donner à 200%. L’accueil le premier jour est important pour l’alternant. Recevoir tout votre matériel montre que votre arrivée a été anticipée et que vous êtes attendu. C’est très motivant. Souvent, l’entente est excellente avec votre tuteur. C’est le cas pour moi en ce moment et cela m’aide à me projeter car il comprend mes difficultés. Je suis sûr que nous resterons proches même après la fin de mon diplôme.

La réussite d’une alternance ne repose pas uniquement sur les notes ! Ce qui compte c’est l’attitude en entreprise ! Il faut maîtriser les codes de l’entreprise : être ponctuel, s’investir et être curieux de tout ce que font les gens autour de soi. L’alternance développe l’autonomie. C’est une école de la rigueur qui permet de devenir mature grâce au cadre professionnel. L’équipe du CFA MDE porte une réelle attention à ses alternants en tant que personnes et pas uniquement à leurs notes ! C’est dur de trouver plus à l’écoute. J’ai beaucoup de chance d’en faire partie.

Portrait de Marie-Isabelle MAILLOT – Alternante en BTS ELEEC puis Licence chez ENEDIS en tant que chargée d’affaires au bureau d’ingénierie régional poste source

Une reconversion réussie pour une électricité au féminin


Après plusieurs années d’expérience dans le commerce, j’ai souhaité changer d’environnement. J’avais besoin d’un renouveau professionnel car j’avais l’impression d’avoir fait le tour de mon métier. J’ai découvert ENEDIS à grâce à la campagne «  La Femme en bleu » relayée par Pôle Emploi. Je me suis engagée dans un BAC PRO MELEC sur deux années en tant que technicienne clientèle. Et puis j’ai souhaité poursuivre avec un BTS pour ne pas rester sur mes acquis. Je voulais développer mes connaissances sur les postes sources. Aujourd’hui, je poursuis via une licence spécialisée (hors du CFA MDE) avec la perspective d’un recrutement par ENEDIS à l’issu de mon diplôme.

En tant que femme je ne me sens pas différente de mes collègues masculins. Je bénéficie du même traitement que mes homologues même si ce milieu est majoritairement composé d’hommes. Je n’ai jamais eu à subir des remarques déplacées ou des commentaires sexistes. A l’extérieur, c’est vrai que ma profession étonne mais dans le sens positif du terme. Les gens sont impressionnés que je sois diplômée dans l’électricité et que j’exerce dans une industrie vue comme réservée aux hommes. Cette nouvelle vie a été rendue possible grâce au dispositif de l’alternance qui me permettait de rester autonome tout en supprimant les coûts de formation. Au-delà de l’aspect financier, l’alternance c’est un précieux contact avec le terrain. Les cours, c’est une base, mais le vrai apprentissage se fait sur le terrain lors des périodes en entreprise.

Je me suis lancée dans cette reconversion car j’ai toujours aimé bricoler. La maintenance électrique était une suite logique. C’était un défi car je n’avais pas de solides bases en mathématique et en physique. Mais plus j’avance, plus les cours se compliquent et plus cela me semble simple. C’est paradoxal mais c’est la réalité. Ma ténacité paye.

Tout au long de ma formation j’ai été accompagnée par mes tuteurs tant sur les gestes techniques que les nombreux outils informatiques. Ils m’ont aidée à prendre confiance en moi et à comprendre l’importance des détails dans les projets. Mais surtout, grâce à leurs encouragements, j’ai progressé dans ma prise de parole orale. Aujourd’hui, je me sens légitime à mon poste, j’ose faire des suggestions et je suis plus consciencieuse en tant que professionnelle. J’ai compris que commettre des erreurs ne faisait pas de moi une mauvaise collaboratrice et que je devais oser.

Je suis reconnaissante envers mes tuteurs car ce n’est pas aisé de suivre un alternant. Il faut de la patience pour transmettre et beaucoup de bienveillance. C’est un rôle d’accompagnement et de soutiens qui m’évoque un rôle parental. Il faut faire grandir l’autre tout en respectant sa personnalité. Je suis reconnaissante envers toute l’équipe, chez ENEDIS, qui m’a poussée à réaliser cette licence. Cette dernière année n’était vraiment pas une évidence pour moi. Mais ils m’ont expliqués les avantages de ces douze mois de spécialisation pour me convaincre. C’est ça aussi la force du collectif.

Pour le suivi pédagogique, le CFA MDE, CFA du Groupe EDF organise régulièrement des journées de regroupement. C’est un temps de partage important pour évaluer la progression et l’implication autant professionnelle qu’académique des alternants. C’est pour nous l’occasion de présenter des projets réalisés en entreprise devant nos camarades, les tuteurs et les professeurs. Le regard de mes camarades m’a beaucoup fait progresser. Ils sont souvent encourageants et c’est très motivant de constater sa propre évolution au fil des journées de bilan. Le fait d’avoir une classe intra-entreprise est également un plus. Cela nous permet d’échanger sur les différents métiers du Groupe. Les professeurs des différents établissements de formation ont toujours été très bien. Et le suivi du CFA MDE, malgré un changement d’équipe pendant mes 4 ans de formation, a toujours été impeccable. Je suis très reconnaissante aux coordinatrices pédagogiques qui m’ont appuyée dans mes démarches. Cerise sur le gâteau, le CFA a organisé un voyage pédagogique qui m’a permis de découvrir l’Allemagne. C’était intéressant de découvrir une autre culture, un autre environnement. Nous devions travailler notre anglais (et notre allemand pour certains) afin de profiter au maximum de ce séjour. Cette semaine de voyage était aussi l’occasion de rencontrer les autres classes du CFA et de faire des rencontres. C’est agréable de se découvrir mutuellement dans un autre cadre que le travail ou la salle de classe.

Je voudrais dire à toutes les femmes qui envisagent ces carrières techniques de se lancer ! Il ne faut pas avoir peur ! Suivre ce cursus m’a permis d’acquérir des diplômes et un métier et le CFA MDE y a beaucoup contribué. N’hésitez plus ! Le Groupe EDF est une entreprise humaine où il est très agréable de travailler. Je suis fière d’appartenir à cette entreprise et je serais ravie de devenir l’une de ses ambassadrices !

Portrait de Romain MAES – Tuteur chez ENEDIS à Puteaux au bureau d’ingénierie régional poste source

Le tutorat, un tremplin pour l’emploi des alternants et des tuteurs


C’est moi qui ai demandé à être tuteur lors de mon entretien annuel avec mon manager. En tant qu’ancien alternant, je devais me sentir redevable quelque part. Personne n’est tuteur pour la prime qui est anecdotique. On le fait car on a envie de transmettre.

Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié la formation tuteur. Elle est IN-DIS-PEN-SABLE ! Elle comprend des modules numérique et un temps en présentiel. C’est primordial car elle permet de rappeler le rôle de chacun (éviter notamment l’amalgame entre manager et tuteur). C’est également l’occasion de rappeler certaines règles de bases sur le volet administratif ou de revoir certaines postures comme l’écoute. Je conserve un souvenir marquant des jeux de rôles proposés en présentiel. Ce sont souvent des cas extrêmes mais ils poussent à réfléchir.  Sans cette formation assurer mon rôle de tuteur aurait été plus difficile.

En tant que tuteur, je me suis impliqué dès la phase amont du projet. J’avais posé comme condition sine qua non pour être tuteur de participer au recrutement de mon alternant. Ensuite, il a fallu préparer l’accueil en commandant tout le matériel nécessaire (Informatique et vêtements de marque) et en activant les comptes numériques (boite mails etc.). Cela semble négligeable mais un accueil avec le matériel c’est très important. Cette anticipation permet aussi de commencer rapidement à travailler et de ne pas gaspiller la première quinzaine en entreprise. Le jeune se sent attendu et cela le motive. J’ai validé mon diplôme il y a peu de temps et j’ai donc bien les impératifs académiques à l’esprit. C’est ce qui nous guide pour établir le programme de notre alternant. Nous essayons de trouver un projet que l’alternant pourra suivre du début à la fin durant les deux années de son contrat. Ce n’est pas toujours facile car les projets sont sur le long terme dans notre agence. Mais c’est très formateur pour l’alternant et facilite grandement la réalisation de son projet pour l’examen. C’est majoritairement un métier sédentaire car il s’agit de conception mais nous allons régulièrement sur le terrain pour faire des relevés et assurer le suivi de nos chantiers.

A son arrivée Marie-Isabelle souhaitait arrêter après le BTS ELEC. Toute l’équipe lui a parlé des avantages de la licence dont un ancien alternant aujourd’hui titulaire dans notre agence.  Avec le temps, elle a entendu nos arguments et elle est aujourd’hui en licence pro. A la Direction Régionale Ouest d’ENEDIS, le mot d’ordre est un alternant/une embauche. Il est donc prévu de proposer à Marie-Isabelle un CDI à l’issu de cette dernière année d’alternance. Je suis très content pour elle. Notre objectif est de recruter tous nos alternants car nous avons des besoins sur tous les types de postes. Parfois, les jeunes refusent de rester dans le Groupe car ils ne regardent que le salaire brut que leur offre l’entreprise et qu’il est faible par rapport au privé. J’ai une expérience inverse : j’ai commencé ma carrière dans le privé et au bout de quelques années, j’ai développé une autre vision de mon avenir professionnel. J’ai candidaté chez ENEDIS pour privilégier la qualité de vie au salaire. Décrypter le monde du travail avec les alternants fait aussi partie de ma mission de tuteur pour les aider à choisir leur futur. Partager mon parcours aide à clarifier les choses.

Les journées de regroupement sont l’occasion d’un échange entre tuteurs, alternants et enseignants. C’est important que tout le monde soit présent pour échanger. Dans le cadre de mon accompagnement pédagogique, j’essaie d’appliquer la méthode SMART vue en formation tuteur pour être plus efficace. En plus du programme scolaire, les alternants doivent intégrer toutes les normes internes de l’entreprise. C’est assez simple car tous les processus sont mis par écrit mais c’est une somme de travail impressionnante. Il faut donc y aller progressivement puis l’aider à mettre ces connaissances en perspective avec le terrain. Enfin, il faut lui faire rencontrer tous nos interlocuteurs, internes et externes. Nous avons pris le temps de l’introduire auprès des autres équipes. Cela m’a d’ailleurs permis de rencontrer des personnes que je n’avais habituellement qu’au téléphone. Accompagner son alternant c’est s’adapter à sa personnalité pour le faire progresser. A tous nous essayons de transmettre la bienveillance qui existe au sein de l’agence. Nous sommes très attentifs au droit à l’erreur, pour nos alternants comme pour les autres. C’est important pour nous de leur dire qu’il n’y a pas de questions bêtes. Ce qui importe c’est de participer et des proposer des solutions. La force de notre agence, c’est le collectif. Les échanges informels ont une place importante dans notre métier et il est important que l’alternant donne son point de vue. Comme beaucoup de métier, nous utilisons un jargon spécifique. Le premier trimestre dans notre agence est toujours compliqué. Nous avons tous eu l’impression que la tâche était insurmontable lors des premiers mois. Partager cette angoisse et notre réussite permet aux alternants de relativiser et de rester motivés.

Dans notre agence, la tradition veut que le tuteur organise un petit déjeuner avec toute l’agence pour accueillir son alternant. Ces moments de convivialité sont importants. Ils renforcent le collectif.

Aujourd’hui, j’ai intégré une école de management. Le tutorat a été un tremplin pour cette évolution de carrière. Cette expérience est donc profitable pour mon alternant et moi. Suivre une alternante a été une bonne école. Remplir ses évaluations avec sérieux et régularité pour lui permettre d’avancer de manière constructive a été formateur. J’organisais avec mon alternante des points à chacun de ses retours de cours pour faire le point sur ses apprentissages et programmer les semaines à venir en entreprise. Etre tuteur, permet de tester et de développer ses compétences managériales : le feed back, la répartition des tâches, l’évaluation et tant d’autres.

Les échanges avec le CFA étaient toujours intéressants. J’ai accès aux notes de mon alternante via une plateforme numérique. Mais ce n’est pas complet et avoir la perception des gens qui l’accompagnent en classe est important pour évaluer sa progression et lui fixer de nouveaux objectifs. La coordinatrice pédagogique a toujours été présente même si notre communication a pu connaître des aléas.